12 livres à lire pendant l’automne #2

L’automne est arrivé et c’est sans aucun doute ma saison préférée ! J’aime accorder mes lectures aux saisons, et l’automne se prête aux atmosphères mystérieuses, aux longs romans dans lesquels on peut prendre le temps de se plonger, confortablement installé dans son fauteuil au coin du feu (ou du radiateur, ça marche aussi !). Comme il y a deux ans (article à retrouver ici), je vous ai préparé une petite sélection si vous êtes en manque d’inspiration : il y a un peu de tout, de la littérature irlandaise, victorienne, ou encore écossaise ; des classiques et des contemporains ; j’espère que vous trouverez votre bonheur ! Si vous êtes à la recherche de lectures pour Halloween, vous pouvez également retrouver mes recommandations dans cet article.

 

Le bouc émissaire – Daphné du Maurier

John, un historien britannique en vacances en France fait la rencontre de son sosie, un aristocrate désinvolte. Ce dernier, ébahi par la ressemblance troublante, décide de l’exploiter à son avantage et John se réveille le lendemain matin, seul, vêtu des habits de Jean et dépouillé de toutes ses affaires personnelles. Un chauffeur frappe à sa porte, prêt à reconduire son maître au château, et le voilà contraint de se couler dans la peau de Jean de Gué. Cette substitution d’identité est donc le point de départ de ce roman original, impeccablement maitrisé et délicieusement angoissant. Jusqu’où va se prolonger l’expérience ? Que se passera-t-il si la supercherie est découverte ? Les questionnements se multiplient à mesure que le récit progresse. Trop souvent oublié de l’oeuvre de Daphné du Maurier, ce roman est pourtant selon moi l’un des meilleurs ! 

Chronique complète de Le bouc-émissaire à retrouver ici

 

Rien d’autre sur terre – Conor O’Callaghan

On frappe à la porte du prêtre d’une petite ville d’Irlande. Sur le seuil se tient une gamine, essoufflée et terrifiée. Elle est maigre, sale, couverte d’inscriptions faites au stylo, et elle finit par lâcher dans un souffle : « Mon papa a disparu, lui aussi. » Ce roman est à bien des égards totalement indescriptible, et j’ai été subjuguée par le talent de l’auteur à se jouer du lecteur, usant du pouvoir de suggestion, diffusant une atmosphère aussi inquiétante qu’absurde parfois, et qui multiplie les petits incidents apparemment anodins mais destinés à semer le trouble. Un premier roman surprenant et dérangeant, qui soulève bien plus de mystères et d’interrogations qu’il n’en résout, ce qui est aussi frustrant que terriblement addictif.

Chronique complète de Rien d’autre sur terre à retrouver ici

 

Le Château des Bois-Noirs – Robert Margerit

Une jeune fille de bonne famille épouse un hobereau de la haute Auvergne, quittant Paris pour vivre dans un manoir isolé. Bien plus qu’un roman d’ambiance, c’est un roman à la psychologie très profonde, et si la lugubre demeure n’est pas le lieu de sinistres apparitions, elle a son rôle à jouer dans la tragédie familiale qui se déroule entre ces pages, devenant le cadre parfait d’un huis-clos particulièrement oppressant. C’est un roman splendide, porté par une plume extrêmement délicate, et à l’intrigue obsédante. Les pages défilent tant il nous tarde de connaître le sort des habitants de ce sombre château des Bois-Noirs.

Chronique complète de Le Château des Bois-Noirs à retrouver ici

 

Le retour au pays natal – Thomas Hardy

Comme souvent chez Thomas Hardy, il est question de mariages malheureux, dans un huis clos étouffant à renfort d’occasions manquées, de regrets et de désillusions. Cette fois les personnages m’ont paru particulièrement antipathiques, mais la grande force de ce roman est ailleurs : la véritable protagoniste de cette histoire est la lande, omniprésente et sauvage. Il y a des descriptions à couper le souffle, et ce roman est dans le fond moins celui des individus que du Wessex dans son ensemble, et d’une conception du bonheur qui ne se réaliserait qu’à la condition d’être en harmonie avec son environnement. C’est splendide, et tout à fait adapté à la saison automnale !

Chronique complète de Le retour au pays natal à retrouver ici

 

Un taxi mauve – Michel Déon

Dans ce récit, le narrateur, français, la cinquantaine, a décidé de trouver refuge en Irlande, dans le comté de Clare, pour des raisons qui se dévoileront petit à petit. Il cherche la solitude et l’isolement, passe ses journées en compagnie de son chien, à la chasse ou dans de longues promenades qui donnent envie de prendre le prochain avion pour Dublin. Énorme coup de coeur pour ce roman exceptionnel où tout est merveilleux : la plume indescriptible de Michel Déon qui rappelle à quelle point la langue française peut être belle ; la galerie de portraits saisissants ; la lente dissipation du mystère entourant ces êtres échoués en terre d’Irlande ; les réflexions poignantes du narrateur sur le sens de l’existence et le réveil de l’espoir ; les descriptions enfin de la nature environnante, qui sont à couper le souffle. 

Chronique complète de Un taxi mauve à retrouver ici

 

Sunset Song – Lewis Grassic Gibbon

Sunset Song est le chant du crépuscule d’une page de l’histoire écossaise, celle de sa petite paysannerie, qui travaillait la terre depuis des temps immémoriaux et qui a vu la nature et leurs parcelles dépouillées sur l’autel de la modernisation technique, du commerce, et des ébranlements causés par la Première guerre mondiale. Le roman, classique incontournable de la littérature écossaise, écrit en 1932, offre une héroïne moderne : Chris Guthrie, fille d’un paysan autoritaire et irritable et d’une mère douce mais mélancolique, partagée entre ses prédispositions pour les études et son attachement inébranlable pour cette terre qui la voit grandir. Bouleversant et immensément poétique. 

Chronique complète de Sunset Song à retrouver ici

 

Bondrée – Andrée Michaud

Bondrée, à la frontière du Canada et des États-Unis, a longtemps été une étendue de nature, une forêt interminable abritant un lac paisible. En cet été 1967, Lucy in the sky with diamonds passait en boucle à la radio et les vacanciers s’apprêtaient à passer un été sans nuages. Jusqu’à ce qu’une jeune fille, jeune lolita en short échancré et à l’insouciance insolente, soit retrouvée morte dans la forêt, la jambe sectionnée par un piège de trappeur oublié.  La police conclut à un accident, mais les événements s’enchaînent, brouillant les pistes. Le paradis devient enfer, alors que secrets et fantômes ressurgissent, racontant la folie des hommes. Un roman d’atmosphère parfait, porté par un style incantatoire et d’une grande puissance évocatrice.

Chronique complète de Bondrée à retrouver ici

 

Le Coeur et la Raison – Dorothy Leigh Sayers

À la suite d’une réunion d’anciennes étudiantes de son université d’Oxford, Harriet Smith, auteure célèbre de romans policiers. est contactée par la directrice pour une affaire épineuse. L’université compte en effet un corbeau, qui envoie des lettres anonymes menaçantes et détruit de plus en plus violemment les biens des professeurs ainsi que de l’établissement. Décidée à éclaircir l’affaire, Harriet s’installe à Oxford. C’est un roman passionnant, grand classique britannique malheureusement trop peu connu en France, alliant mystère et profondeur, et qui plonge le lecteur dans cette atmosphère so british typique des universités anglaises. Une lecture automnale somme toute parfaite !

Chronique complète de Le Coeur et la Raison à retrouver ici 

 

Betty – Tiffany McDaniel

C’est sans aucun doute LE roman incontournable de cette rentrée littéraire. 716 pages d’une beauté déchirante, qui meurtrissent autant qu’elles réconfortent. On ne peut que tomber sous le charme de la Petite Indienne, de son coeur pur et de sa résilience. Née d’un père Cherokee et d’une mère blanche, au sein d’une fratrie de huit enfants, Betty au visage sombre nous raconte son enfance, les errances familiales avant de trouver une maison dans une petite ville de l’Ohio, les jeux, les disputes, les rites, les innombrables histoires de son père, qui célébrait la nature et apportait la lumière et la magie dans leur quotidien marginal fait d’obstacles. Un roman vertigineux, hypnotique, universel, et une héroïne inoubliable.

Chronique complète de Betty à retrouver ici

 

En lisant Tourgueniev – William Trevor

Une femme d’une cinquantaine d’années, enfermée depuis longtemps dans un asile en Irlande, voit son quotidien bousculé lorsque l’établissement en question, comme tant d’autres dans la seconde moitié du XXe siècle, est contraint de fermer ses portes. Mortifiée à l’idée de retrouver l’extérieur et sa famille, elle se souvient des raisons qui l’ont conduite ici. C’est le récit d’une solitude, d’un coeur brisé, d’un amour pur et fugitif. Une bouleversante plongée dans l’existence de ces femmes irlandaises à l’âme blessée, écrasées par leur condition et les convenances dans un pays tiraillé entre deux religions.

Chronique complète d’En lisant Tourgueniev à retrouver ici

 

La dame du manoir de Wildfell Hall – Anne Brontë

Que serait l’automne sans les soeurs Brontë ? Je vous ai déjà longuement parlé sur ce blog de l’oeuvre des trois soeurs, mais je saisis l’occasion de remettre en lumière le chef d’oeuvre de la plus oubliée d’entre elles, Anne. La dame du manoir de Wildfell Hall raconte l’histoire d’une femme, nouvelle venue dans une petite communauté. Personne ne sait rien d’elle, et l’un de ses voisins, Gilbert, séduit par sa beauté et sa retenue, cherche à découvrir la vérité sur son mystérieux passé. Mêlant féminisme et une ambiance victorienne absolument parfaite, ce roman aborde des thématiques encore très actuelles, dans un récit superbement mené.

Chronique complète de La Dame du manoir de Wildfell Hall à retrouver ici

 

L’ile des chasseurs d’oiseaux – Peter May

Ce premier tome de la Trilogie écossaise de Peter May est un roman policier subtil dans lequel la terrible beauté de la nature écossaise est un personnage à part entière. Dévasté par la mort de son jeune fils, l’inspecteur Fin MacLeod est assigné sur une enquête qui le contraint à retourner sur son île natale de Lewis, dans le nord de l’Écosse, dix-sept ans après l’avoir quittée avec soulagement. Tandis qu’il tente de démêler les fils de l’affaire, il est submergé par les souvenirs et certains secrets tenaces. L’auteur mêle avec subtilité la tension psychologique et l’émotion à fleur de peau, jouant avec les fausses pistes, laissant se déployer tous les silences et les non-dits. Un roman captivant, merveilleusement maitrisé, et d’une noirceur aussi terrible que splendide.

Chronique complète de L’île des chasseurs d’oiseaux à retrouver ici

 

Je vous souhaite de belles lectures !

10 commentaires sur “12 livres à lire pendant l’automne #2

  1. L’automne ne sera, hélas, pas assez long pour pouvoir déguster chacune de ces lectures ! Merci beaucoup pour cette belle sélection.

  2. Je suis avec beaucoup d’intérêt tes articles saisonniers qui m’inspirent… 😉 De plus en plus, j’aime accorder mes lectures à la saison en cours (pas toutes mais j’aime bien lire quelques livres « marquants » par saison) et tes articles m’ont souvent donné de belles idées… 🙂 Merci pour ce nouvel article automnal…une saison vraiment inspirante et dans laquelle on peut glisser un peu de tout : des romans policiers, des thrillers, des biographies, des classiques… clairement ma saison préférée à moi aussi. 🙂

  3. « Betty » et « Le Cœur et la Raison » me tentent bien 🙂
    Merci pour ce bel article qui donne des idées de lectures.
    Je te souhaite un bon week-end !

  4. Ah j’ai vu le Bouc émissaire l’autre jour en librairie et justement je me demandais ce qu’il valait !
    Article très sympathique merci 🙂

  5. Tous ces livres me tentent mais je pense me plonger en priorité dans « Le bouc émissaire » et « Betty »! Merci pour ces belles recommandations 😉

Laisser un commentaire