Livres et Parlotte #13 – Octobre 2020

Octobre approche et il est temps de lancer la nouvelle édition du club de lecture Livres et Parlotte ! Pour un rappel du concept et des modalités  : rendez-vous sur cet article. Ce mois-ci encore, nous nous retrouverons sur le groupe Facebook, et non pas autour d’un verre mais je ne perds pas espoir de reprendre les soirées un jour !

Si vous souhaitez rejoindre le club de lecture et participer aux échanges, rendez-vous ici :  https://www.facebook.com/groups/livresetparlotte

Vous me connaissez, octobre rime avec Halloween, je ne pouvais donc que vous proposer une sélection qui s’accorde avec la saison ! L’année dernière le thème portait sur les maisons hantées et vous avait bien plu il me semble. Cette année…

Le thème pour octobre 2020 est : « Influences gothiques »

Je n’avais pas envie de me cantonner uniquement à la littérature gothique stricto sensu dans cette sélection, et il n’y a d’ailleurs que Les mystères de la forêt qui puisse être considéré comme appartenant réellement au courant littéraire gothique tel qu’il a existé en Angleterre de 1764 (avec la parution du roman de Horace Walpole, Le Château d’Otrante) aux années 1830 environ. S’il a progressivement disparu, le roman gothique a influencé des générations d’auteurs, dans la littérature victorienne (Wilkie Collins, les soeurs Brontë…) mais aussi dans la littérature contemporaine. J’ai essayé de tenir compte de cette diversité dans la sélection, mêlant romans classiques et récents, littérature anglaise, américaine, irlandaise (of course pour qui me prenez-vous…!)… Le choix n’a pas été facile, puisqu’énormément de romans (et autres) ont emprunté au genre gothique, et il a fallu faire des sacrifices. Comme d’habitude, j’ai privilégié les livres faciles à trouver et en édition poche. J’ai également restreint aux livres que je n’avais pas encore lus, l’idée étant de découvrir de nouvelles lectures tous ensemble !

Avec toutes ces contraintes, j’ai donc sélectionné cinq livres afin d’illustrer ce thème, dont je vous présente les résumés ci-dessous :

 
Les mystères de la forêt – Ann Radcliffe

Présentation de l’éditeur :

Un carrosse lancé à toute allure, dans la nuit, en pleine tempête, un couple fuyant la justice, un arrêt devant une vieille maison isolée sur la lande, occupée par des bandits tenant prisonnière une belle jeune fille… Les Mystères de la forêt est un roman gothique, baignant dans une atmosphère inquiétante, sur fond d’architecture médiévale et de surnaturel. 

Éditeur : Folio

Nombre de pages : 560

Les Oiseaux – Daphné du Maurier

Présentation de l’éditeur  :

Au coeur de la nuit, le vent d’est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d’oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n’est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes…
On retrouvera ici – et pas moins terrifiant – le récit qui inspira son chef-d’oeuvre au maître de l’angoisse, Alfred Hitchcock. Dans les autres nouvelles de ce recueil, l’horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d’un pommier à forme étrangement humaine, ou d’une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance… 

Éditeur : Livre de Poche

Nombre de pages : 448

 
Les Envoûtés – Witold Gombrowicz

Présentation de l’éditeur :

Waltchak, jeune professeur de tennis, se rend au coeur de la campagne polonaise près du château de Myslotch pour y entraîner Maya, une joueuse très prometteuse. Dans le train, il rencontre Skolinski, un historien d’art à la recherche des oeuvres oubliées du château. À peine arrivés, les deux hommes sont confrontés à des phénomènes très intrigants. Dans une atmosphère pesante, Waltchak et Maya entament une étrange histoire d’amour et de haine. De son côté, Skolinski découvre les secrets du château où habite un vieux prince prisonnier de sa folie et effrayé par une pièce prétendument hantée

Éditeur : Folio

Nombre de pages : 480

La maison près du cimetière – Sheridan Le Fanu

Présentation de l’éditeur :

Joyce relisait ce livre chaque fois qu’il souhaitait s’empêcher de dormir. Un roman noir tout ce qu’il y a de classique en apparence, mais ficelé à l’irlandaise, c’est-à-dire sans marchander sur les ingrédients indispensables : le whiskey, la mort violente… et le surnaturel.
Quelques messieurs plus ou moins distingués aiment à se réunir le soir au club, dans une bourgade des environs de Dublin, pour dire tout le mal qu’ils souhaitent au monde et tout le bien qu’ils pensent d’eux-mêmes… jusqu’au jour où ils se retrouvent avec un quasi-cadavre sur les bras. Un thriller particulièrement retors qui met en scène un fait divers faussement banal pour nous rendre complices du pire ; en nous invitant à nous poser la seule question qui compte : « Comment tuer le temps ? » 

Éditeur : Libretto

Nombre de pages : 624

 
Pierre de Lune – W. Wilkie Collins

Présentation de l’éditeur : 

Ami et rival de Dickens, Wilkie Collins inventa avec Pierre de Lune le premier récit policier moderne, et a donné au roman victorien une nouvelle mission : dire et montrer ce qu’il était de bon ton de taire et de cacher. Vices privés, vertus publiques ! Borges, T. S. Eliot, Charles Palliser considèrent ce livre comme l’un des sommets absolus du genre. Il n’est évidemment pas question de résumer ici ce roman gouverné de bout en bout par la peur, œuvre « hitchcockienne » avant la lettre, qui réussit cet inquiétant tour de force : une fois le livre refermé, chaque lecteur possède, ou croit posséder, sa propre interprétation du mystère. Du très grand art !

Éditeur : Libretto

Nombre de pages : 624

Le vote est à présent terminé, et voici le livre retenu ce mois-ci (avec 34,7% des votes) :

Pierre de Lune, de W. Wilkie Collins

N’hésitez pas à participer à la lecture commune sur les réseaux sociaux avec le hashtag #livresetparlotte !

À bientôt !

signature4

3 commentaires sur “Livres et Parlotte #13 – Octobre 2020

  1. J’aime énormément les romans gothiques, qu’ils le soient d’origine ou seulement influencés ! Dans ta sélection, je ne connaissais pas du tout les Envoûtés, il m’intrigue beaucoup. Par ailleurs, les nouvelles de Daphné du Maurier sont absolument géniales (je ne sais plus s’il y a « Les lentilles/lunettes bleues » dans le recueil des Oiseaux, mais c’est une de celles qui m’a le plus marquée.)

Laisser un commentaire