La Maison des brouillards – Eric Berg

Résumé :

Après quinze ans, quatre copains d’avant se retrouvent par internet. L’un est devenu architecte et invite les trois autres dans sa grande maison de verre au bout d’une île. Avis de tempête, le week-end tourne au cauchemar. Trois assassinats, un coma profond. Que s’est-il passé dans La Maison des brouillards ? Deux ans plus tard, une journaliste reprend l’enquête.

Mon avis :

Une fois n’est pas coutume, j’ai adoré un polar !

J’ai d’abord bien aimé la structure du roman. L’intrigue a tour a tour, un chapitre sur deux, lieu en 2010, dévoilant ce qui est arrivé au groupe de vieux amis dans la maison des brouillards, puis en 2012, deux ans après le drame, lorsqu’une journaliste, Doro Kagel, décide de mener l’enquête et de découvrir la vérité. Ainsi, plus on apprend de choses sur le déroulement du week-end en 2010, plus on croit devancer la journaliste en 2012, et on se met à craindre pour elle, à penser qu’elle se dirige vers une fausse piste. La journaliste se rapproche des protagonistes du week-end, d’abord pour les questionner, mais aussi parce qu’elle se prend d’affection pour chacun d’eux et leur drame personnel.

« Nous allions devoir parler de mort, de violence brutale, du hasard, du destin, de l’irruption soudaine du pire des cauchemars dans la calme monotonie d’une vie. »

Le récit du week-end est un véritable huit clos. L’ambiance est assez vite étouffante, et on s’aperçoit que ces vieux amis, qui ne se sont pas vus depuis des années, se sont énormément éloignés et se jaugent en permanence. Et ils se retrouvent tous coincés sur une ile, dans une maison à l’architecture quelque peu angoissante. Alors qu’on croit dès le début du roman connaitre le coupable, tous les habitants de la maison sont de potentiels suspects. On ne découvre d’ailleurs qui sont les victimes qu’au fur et à mesure du roman, ce qui exclut certains de la liste des suspects, mais en ajoute aussi d’autres au fil des découvertes.

L’auteur prenant un malin plaisir à nous égarer, égrenant les fausses pistes et multipliant les références aux histoires et aux personnalités de ses personnages. On se trouve ainsi plongés dans une jeunesse contestataire et écolo. Mais aussi dans l’histoire du Cambodge avec des références au Khmers rouges et au régime de Pol Pot, dont on ne comprend pas bien toujours ce qu’elles viennent faire là, et qui pourtant ajoutent de l’épaisseur à l’intrigue. J’aurais bien aimé d’ailleurs que les personnages concernés soit un peu plus travaillés et développés par l’auteur, mais il est vrai que ce n’était pas l’objet premier du roman.

Pour finir, j’ai bien aimé le titre : la maison, inquiétante, se trouve dans le brouillard, mais les véritables événements du week-end aussi. Petit à petit, l’auteur lève le voile sur ce qu’il s’est réellement passé. Un thriller qui m’a transportée et qui m’a tenue en haleine jusqu’à la fin.

Ma note (4 / 5)

signature4

2 commentaires sur “La Maison des brouillards – Eric Berg

Laisser un commentaire