12 livres à lire pendant l’automne #3

L’automne s’est installé, et c’est toujours la période qui m’inspire le plus dans mes lectures. C’est une saison qui se prête merveilleusement aux ambiances victoriennes, mais aussi aux littératures irlandaise et écossaise, empreintes d’atmosphères mystérieuses et de nature. Voici donc comme tous les ans, une petite sélection de romans pour vous accompagner durant cette saison… Ils ont tous fait l’objet d’une chronique sur le blog, si vous voulez vous faire une idée plus précise. Pour plus d’inspiration vous pouvez aussi retrouver les sélections automnales des années précédentes : ici pour 2018, et ici pour 2020. Et si vous êtes à la recherche de lectures pour Halloween, vous pouvez également retrouver mes recommandations dans cet article !

 

Le rivage des Syrtes – Julien Gracq

Le rivage des Syrtes est le roman d’atmosphère par excellence. Julien Gracq lui-même le qualifiait de « rêve éveillé » et il y a certainement une grande part d’onirisme dans ce roman, rendant floue la frontière entre le rêve et la réalité, drapant les moindres faits et gestes des personnages d’un voile de chimère. Il y a une certaine langueur, une vertigineuse angoisse du néant, l’attente fébrile que quelque chose se passe. Quant à moi, j’ai été ensorcelée par la beauté fatale des longues phrases de Gracq, cette langue incroyablement soutenue, tout en splendeur et richesse, ainsi que par cette brume de mauvaise augure qui s’épaissit tout au long du roman. Nul doute que ce roman se classe parmi les plus belles pages de la littérature…

Chronique complète de Le rivage des Syrtes à retrouver ici

 

La fiancée de Lammermoor – Walter Scott

Un roman qui a la beauté tragique des plus vieilles légendes d’Écosse… Alors que l’avenir de l’Écosse est sur le point de basculer, il est question dans ce roman de vengeance, d’honneur, de noblesse, et d’amour. Celui qui lia bien malgré eux le jeune maître de Ravenswood, héritier déchu d’une illustre famille écossaise, et la douce Lucie Ashton. Deux êtres que tout oppose, puisque leurs familles sont ennemies jurées… Une histoire d’amour et de haine au coeur du décor sauvage des Highlands résonnant encore des échos de galops impétueux, et où superstitions et sorcières conservent tout leur pouvoir.

Chronique complète de La fiancée de Lammermoor à retrouver ici

 

Les St Charles – Molly Keane

À travers des souvenirs d’enfance et de jeunesse, la narratrice raconte l’histoire d’une classe sociale déchue, désargentée, désoeuvrée mais malgré tout campée sur ses principes. Naïve et gauche, Aroon est aveugle à ce qui se joue autour d’elle, en particulier les secrets de famille et les sujets que la convenance interdit d’aborder : l’argent et la sexualité. Mais ce qu’elle ne voit pas, perdue dans ses rêveries romantiques sans espoir, le lecteur le perçoit avec une clarté aussi infaillible que caustique. Servi par une plume splendide, le récit se moque de ces vieilles familles sur le déclin, où rien ne compte tant que les bonnes manières… Jubilatoire !

Chronique complète de Les St Charles à retrouver ici

 

Pierre de lune – William Wilkie Collins

Une sélection automnale ne pourrait être complète sans un bon roman de Wilkie Collins ! Cette année, je vous propose Pierre de Lune, l’un des romans les plus connus du romancier victorien. 1799 : lors d’une bataille aux Indes, un colonel anglais, John Herncastle, est suspecté du vol d’un diamant rarissime, la Pierre de Lune. Or cette pierre est porteuse d’une légende : tout mortel qui s’aventurerait à la dérober se condamnerait ainsi que ses descendants à une terrible malédiction. 1848 : la jeune Rachel Verinder s’apprête à fêter son anniversaire. Son cousin lui apporte à cette occasion un mystérieux leg, la Pierre de Lune. La fête bat son plein, le dîner est un succès et les nombreux convives ravis. Mais le lendemain matin, la Pierre de Lune a disparu…

Chronique complète de Pierre de Lune à retrouver ici

 

Les mystères de la forêt – Ann Radcliffe

Pierre de La Motte et son épouse fuient Paris en pleine nuit. Après un improbable enchainement de circonstances, ils se voient contraints de prendre sous leur protection une jeune fille, Adeline, retenue par des brigands. Poursuivant leur route, l’équipée tombe sur une abbaye médiévale en ruine : l’occasion est trop belle, et ils décident de s’y cacher… Nous sommes en plein roman gothique, l’atmosphère est mystérieuse à souhait, jusqu’à verser dans le surnaturel puisque les lieux recèlent bien des secrets morbides. C’est le roman de l’affrontement entre vertu et vice, entre pureté et perversion. Le parcours initiatique d’Adeline, véritable chemin de croix du malheur, est follement romanesque et d’un suspense fou. Un véritable chef d’oeuvre !

Chronique complète de Les Mystères de la forêt à retrouver ici

 

Les Revenants – Laura Kasischke

Une nuit de mars, un accident de voiture a lieu aux abords d’une université américaine. Nicole, une jeune fille de première année, est déclarée morte. Craig, son petit-ami, est quant à lui retrouvé blessé et divaguant sur la route. Au bout de quelques temps, la rumeur bruisse : Nicole a été vue sur le campus, réveillant toutes les légendes de revenants. Fantôme ou supercherie ? Brillant et dérangeant dans le même temps, Les Revenants est sans doute l’un des romans les plus aboutis de Laura Kasischke. Le suspense est maîtrisé de bout en bout tandis que le récit se teinte de noirceur et d’horreur, déployant une ambiance sombre et angoissante à mesure que tout le monde devient victime et suspect…

Chronique complète de Les Revenants à retrouver ici

 

Les Oiseaux – Daphné du Maurier

Rendez-vous avec l’un des recueils de nouvelles les plus connus de cette romancière anglaise de génie. À la suite de la célébrissime nouvelle éponyme ayant inspiré Hitchcock, ces histoires prennent toutes leur source dans un quotidien banal, jusqu’à ce qu’une fausse note semble altérer le déroulé des événements ; quelque chose qui flirte un peu avec le fantastique tout en paraissant, à notre grande terreur, prodigieusement ancré dans le réel. Quelques lignes à peine et le coeur du lecteur s’étreint, dans l’attente de ce qu’il va advenir. Le voilà trompé par les faux-semblants et les apparences, avant d’être abandonné, hagard, désemparé par le mystère entourant ces histoires menées d’une main de maître. Du grand art !

Chronique complète de Les Oiseaux à retrouver ici

 

La neige noire – Paul Lynch

Paul Lynch excelle à insuffler toute l’âme et les souffrances irlandaises dans ses romans. Porté par une plume splendide et immensément poétique, le roman nous plonge dans ces paysages aussi sublimes qu’inhospitaliers, où survivre est une lutte de tous les instants. Ce roman transpire l’inflexible austérité de la ruralité irlandaise encore traumatisée par la Grande Famine et qui se remet difficilement de la désertion massive de millions d’Irlandais vers les États-Unis, l’Angleterre ou encore le Canada. Un monde rural refusant également parfois la modernité, enfermé dans des croyances ancestrales et des superstitions de mauvaise augure. L’atmosphère est pesante, oppressante, dans ce roman ensorcelant et d’une grande puissance.

Chronique complète de La neige noire à retrouver ici

 

Retour à Killybegs  – Sorj Chalandon

Après Mon Traître (que je vous encourage évidemment chaudement à lire), Sorj Chalandon donne la parole à Meehan, celui qui a été célébré en héros et conspué comme traître. On comprend qu’il a reçu la colère en héritage et que le passé familial pèse toute une vie ; on comprend l’engagement, la solidarité, l’appartenance à une terre ; on comprend que la guerre broie les hommes, que la prison et ses sévices arrachent des bouts d’âme, que la fatigue, la désillusion, la souffrance, le deuil, la tristesse, la haine usent le coeur et poussent à des choix terribles. Comme dans Mon Traître, l’auteur offre une perspective : sur l’Irlande, sur le conflit nord-irlandais, sur le coeur des hommes qui ont combattu. Porté par un style sublime et profondément évocateur, ce roman poignant est un chef d’oeuvre.

Chronique complète de Retour à Killybegs à retrouver ici

 

Cette nuit je l’ai vue – Drago Jancar

Veronika Zarnik fait partie de ces femmes inoubliables. Une nuit de janvier 1944, elle a disparu en compagnie de son mari et personne ne semble savoir ce qu’il leur est arrivé. Sont-ils morts ? Sont-ils cachés ? Tour à tour cinq personnages vont se plonger dans leurs souvenirs et raconter, par fragments, ce qu’ils savaient de cette femme insaisissable et sensuelle, afin que petit à petit les pièces du puzzle se mettent en place et que l’on comprenne le terrible engrenage qui a conduit à sa disparition. Un roman teintée de poésie, de tristesse et de mystère, qui retrace magnifiquement le destin de ces hommes et femmes plongés dans l’absurdité de la guerre.

Chronique complète de Cette nuit, je l’ai vue à retrouver ici

 

Précoce automne – Louis Bromfield

Ce roman, prix Pulitzer en 1926, relate le déclin d’une dynastie éloignée des fastes de New-York, dont le lustre a terni à mesure que son puritanisme est devenu un prétexte à l’inertie. On y suit les désillusions de la douce Olivia, mariée très jeune à l’héritier d’une vieille famille aristocratique de la Nouvelle-Angleterre. Elle est depuis prisonnière d’une existence morne et poussiéreuse, en compagnie d’un mari indifférent, d’une vieille tante acariâtre et d’un patriarche vieillissant. Le retour dans le voisinage d’une cousine éloignée, divorcée et ayant voyagé à travers l’Europe, vient bouleverser l’enchantement dans lequel ils semblent tous plongés…

Chronique complète de Précoce automne à retrouver ici

 

La Renarde – Mary Webb

Publié en 1917, La Renarde (de son titre original Gone to Earth) se situe dans la lignée des grands romans victoriens. On y sent en effet l’influence des soeurs Brontë, et plus particulièrement d’Emily et ses Hauts de Hurlevent dans la description de la vaste et angoissante demeure d’Undern, ainsi que de cette nature sauvage, mystérieuse et féroce. Mais aussi l’influence de Thomas Hardy dans cette peinture de la vie rurale anglaise, et de l’implacable marche du destin qui broie des êtres, Hazel n’étant pas sans rappeler une certaine Tess d’Urberville. La tragédie arrive au galop tandis qu’un coeur pur est sacrifié sur l’autel de la violence. Un roman injustement méconnu, empreint de charme et de mystère, où la nature se fait aussi envoûtante que la plume.

Chronique complète de La Renarde à retrouver ici

 

Je vous souhaite de belles lectures !

3 commentaires sur “12 livres à lire pendant l’automne #3

  1. Merci beaucoup pour cette sélection, j’ai été ravie de la découvrir, d’autant plus que la plupart des titres me sont inconnus, et c’est toujours très agréable de lire des sélections qui ne comprennent pas pour moitié des livres omniprésents dans la blogosphère et sur les réseaux sociaux (je suis un très mauvais exemple de ça ceci dit, je lis beaucoup de choses qui sont déjà partout, surtout pour les fictions :D)

Répondre à Eugènia Annuler la réponse.