Vis-à-vis – Peter Swanson

Cela faisait bien longtemps que je n’avais lu un bon thriller, et je n’aurais pas pu faire de meilleur choix que ce roman de Peter Swanson, tout ce qu’il y a de plus dérangeant, oppressant et captivant.

Hen vient d’emménager avec son mari Lloyd dans la banlieue de Boston, loin de la ville et de ses bruits. Assez rapidement, ils sympathisent avec leurs voisins, Mira et Matthew. Lors d’un diner chez ces derniers, Hen aperçoit dans le bureau de Matthew un trophée d’escrime, élément clé d’un meurtre non résolu auquel elle s’était intéressée. Elle comprend alors que Matthew est le tueur, ce qu’il réalise instantanément également. Mais voilà, Hen souffre de troubles bipolaires et a déjà connu des épisodes obsessionnels dans le passé, qui va la croire lorsqu’elle déclarera que son nouveau voisin est un meurtrier ? Se met alors en place un face à face entre Hen et Matthew, dont l’issue est plus qu’incertaine.

« Elle avait eu le visage d’un témoin, et Matthew ne pouvait se départir de l’impression qu’à ce moment-là, elle avait vu clair en lui. Pas seulement les évènements présents, mais tout ce qui lui était arrivé depuis qu’il avait l’âge de se souvenir. »

J’ai beaucoup aimé ce roman, que j’ai trouvé à bien des égards original. Pour commencer le lecteur apprend très rapidement la vérité sur Matthew, et ce qui se joue alors est non pas l’identité du tueur en tant que telle, mais comment Hen, qui est la seule à être convaincue de ce que cache son voisin, va se sortir de la situation épineuse dans laquelle elle se trouve. La narration est particulièrement efficace, avec des chapitres courts alternant les voix de Hen et de Matthew, ce qui maintient une réelle tension tout au long du roman. On peut penser qu’en toute logique, étant donnée ses antécédents psychiatriques, Hen va se retrouver seule contre tous, et le fait d’isoler la protagoniste d’un thriller n’est pas novateur ; en revanche ce qui l’est bien davantage, c’est la relation extrêmement ambiguë qui se met en place entre Matthew et Hen. J’étais suspendue aux agissements de l’un et de l’autre, chacun épiant les réactions de son voisin dans un jeu de chat et de la souris de plus en plus déroutant.

En somme il s’agit d’un thriller psychologique particulièrement réussi, même si comme souvent dans ce genre de roman, je suis déçue par le dénouement, qui à mes yeux est rarement à la hauteur de ce qui a précédé. Le rythme s’accélère drastiquement dans les dernières pages, à mesure que l’on anticipe quelque peu les derniers rebondissements. Cela n’a en rien gâché mon plaisir de lecture, tant j’étais happée par un suspens retors digne des meilleurs films de Hitchcock !

Ma note 4 out of 5 stars (4 / 5)

Éditions Gallmeister, traduit par Christophe Cuq, 4 février 2021, 352 pages

Un commentaire sur “Vis-à-vis – Peter Swanson

  1. Bonjour, Merci pour cette découverte. Je pense que je ne vais pas tarder à le lire également. A bientôt.

Répondre à Chrystelle Annuler la réponse.