Confusion (La saga des Cazalet III) – Elizabeth Jane Howard

Confusion est le troisième tome de la splendide saga des Cazalet écrite par Elizabeth Jane Howard, qui s’était initiée avec Étés anglais et poursuivie avec À rude épreuve. Quel bonheur de retrouver les membres de cette famille si délicieusement british ! Afin d’éviter de dévoiler trop d’éléments de l’intrigue, surtout à celles et ceux qui n’auraient pas encore lu les deux premiers tomes, je m’abstiendrai de trop en dire sur les évolutions personnelles de chacun des personnages.

« Ils se sourirent : le passé gisait entre eux tel un couteau. »

Au fur et à mesure que la saga progresse, les personnalités des uns et des autres se font plus nuancées, plus complexes. Le mode de narration, alternant d’un personnage à l’autre, est idéal pour atteindre ce que chacun d’entre eux recèle au plus profond de son âme. Avec énormément de finesse, de psychologie, et d’émotion, la romancière explore les sujets les plus intimes, s’attachant en particulier aux sentiments des femmes, que l’on observe se débattre avec le mariage,  la maternité, leur sexualité, ou encore leurs ambitions. Des questions qui devaient à l’époque demeurer tues et occasionnaient bien des souffrances silencieuses. Plusieurs générations se côtoient, chacune avec des préoccupations différentes, et pourtant tous se rejoignent dans leur incapacité à s’ouvrir aux autres, y compris à ceux qui leur sont les plus proches, de leurs doutes, leurs peines, leurs hontes, leurs peines.

« — J’ai constaté qu’il était très dangereux de s’habituer aux choses.
— Quelles qu’elles soient ?
— Oui, quelles qu’elles soient. On cesse de les remarquer, et, pire, on a l’illusion d’être arrivé quelque part. »

Dans la lignée du tome précédent, le roman s’attache un peu plus aux évolutions des jeunes filles : Louise, Clary et Polly. Toutes trois, en équilibre entre l’enfance et l’âge adulte, se retrouvent face à des défis auxquels elles n’avaient pas été préparées, et au sujet desquels elles n’osent pas se confier. Certains passages sont poignants de vérité et elles incarnent véritablement le passage de génération, la différence qu’elles entendent marquer avec leurs parents, sans toutefois toujours y parvenir. Si elles occupent une place privilégiée dans le récit, le roman n’en demeure pas incroyablement dense grâce aux très nombreux personnages, plus ou moins secondaires, qui traversent cette histoire et qui participent à former un tableau d’ensemble d’une grande richesse. Le roman s’ouvre en 1942, nous sommes donc toujours en pleine guerre mais celle-ci a fini par faire partie du quotidien. L’intrigue s’est quelque peu déplacée de Home Place vers Londres, qui attire par ses distractions et l’éventail des possibles qu’elle offre, alors que la demeure familiale parait froide et lugubre, vieillissante. Chacun s’accommode comme il le peut des raids aériens, du rationnement, de la distance avec ceux partis au front. Et les sentiments reviennent sur le devant de la scène, les enfants grandissent et connaissent leur part de chagrin et de responsabilités, les adultes ont des décisions à prendre pour leur avenir lorsque la guerre sera enfin terminée. 

« Elle pleura et pleura, comme si toutes les années de chagrin refoulé, d’incertitude et d’angoisse remontaient soudain en elle, comme si un monde avait pris fin et qu’il n’y en avait pas d’autres pour le remplacer. »

Je ne suis donc jamais déçue par cette saga familiale qui, à mon humble avis, gagne en profondeur et en émotion à chaque tome. Comme les précédents, j’ai dévoré celui-ci à une vitesse folle, et l’ai terminé le coeur brisé à l’idée de quitter à nouveau les membres de cette famille.

Ma note 5 out of 5 stars (5 / 5)

Éditions de la Table Ronde, traduit par Anouk Neuhoff, 18 mars 2021, 512 pages

7 commentaires sur “Confusion (La saga des Cazalet III) – Elizabeth Jane Howard

  1. J’ai hâte de lire celui-là. J’ai adoré les deux précédents (L’Angleterre du 20e siècle, les vieilles maisons, les sagas familles et l’impression d’être dans la tête des personnages: tout ce que j’aime!)
    Je me demande si je ne vais pas relire les deux premiers avant…

    1. Tout comme toi, il y a vraiment tout ce que j’aime dans cette merveilleuse saga !

  2. Il faut vraiment que je me mette à cette série. J’en entends tellement de bien et je suis ravie de voir que les trois tomes sont de qualité égale. Je pense commander le premier tome pour m’y mettre le mois prochain.

    1. Je trouve même qu’il y a une progression, et qu’on gagne en profondeur à chaque tome !

  3. J’étais tellement impatiente de lire la suite que j’ai commandé le quatrième et le cinquième volume en anglais 😀 Je commence le dernier ce soir!

    1. Je résiste, j’ai trop peur de rater des choses en le lisant en anglais… Et puis je suis beaucoup trop fan de ces couvertures je l’avoue !

  4. C’est étonnant que tu dises les dévorer… moi, au contraire, je les lis lentement, je savoure chaque page (alors qu’habituellement je lis vite) et j’ai d’ailleurs presque trouvé que la temporalité s’accélérait trop dans ce tome ci (ce qui ne m’a pas empêchée d’adorer :))

Répondre à Eve Annuler la réponse.